Chronique du mois de juillet 2019

4 juillet 2019 - 4 minutes read

Un dernier sprint

L’activité municipale est toujours très intense avant les vacances d’été, la pression est forte pour prendre les décisions qui s’imposent. Mais, discutons ici de quelques bonnes nouvelles.

Base de plein air André-Nadeau

Depuis décembre dernier, nous avons confié le mandat de gestion de la base de plein air André-Nadeau à l’organisme Carbure Aventure. Sa mission est de dynamiser la base pendant quatre saisons. Plusieurs nouvelles activités ont été proposées comme des séances d’interprétation de la nature et la location de « fatbikes » par internet.

Depuis quelque temps, un circuit d’entrainement « Trekfit » fait le plaisir des jeunes de 13 à 99 ans. Le circuit est composé de trois stations comptant plus de 56 exercices divisés en trois programmes de niveaux différents. L’enchainement des stations fut établi par les kinésiologues de « Trekfit » et s’adresse autant aux personnes à mobilité réduite, aux ainés, aux débutants, aux personnes actives ou aux amateurs en quête de défis sportifs plus rigoureux.

C’est une base de plein air à découvrir ou à redécouvrir. Il est aussi possible de louer le chalet municipal qui peut accueillir jusqu’à 125 personnes.

Recyclons nos matelas

Depuis le 25 juin, il est possible d’amener nos vieux matelas dans les écocentres. Comme c’est une matière valorisable et difficilement compressible, elle est dispendieuse à enfouir.

Notons que les divans ne seront pas acceptés puisque le projet pilote n’a pas été concluant pour cette matière à cause des multiples composantes possibles qui rendent la valorisation difficile. Les efforts se poursuivront pour trouver d’autres avenues.

Éclairage de rues

Hydro-Sherbrooke a procédé à l’inventaire de l’éclairage des rues dans le but d’identifier les secteurs qui ne se conforment pas encore à sa politique. Selon cette analyse, 100 km de rues nécessitent une mise à niveau (principalement dans notre arrondissement). Pour mettre l’ensemble des rues aux normes, il en coûterait 8,5 M$.

Lorsque le réseau électrique est sur une rue, il suffit de mettre les luminaires dans les poteaux existants afin de rendre conforme l’éclairage, ce qui coûte environ 10 000 $ par kilomètre. Ce coût passe à 130 000 $ par kilomètre lorsque le réseau électrique est en arrière-lot des propriétés puisque des conduits souterrains et des lampadaires doivent être mis en place.

La bonne nouvelle est que pour l’année 2019, un budget de 500 000 $ fut alloué afin d’améliorer l’éclairage de 38 km de rue où le réseau électrique est sur rue.

Garder l’éclairage privé entre temps

Sur une partie du territoire tel que Ma Villa, un éclairage privé était la norme à l’époque « développement à boules » où chaque propriétaire devait posséder un lampadaire en façade de leur propriété. Par souci de sécurité, tant que la normalisation de l’éclairage ne soit complétée sur votre rue, nous demandons votre collaboration pour maintenir fonctionnel l’éclairage privé.